Santé et bienêtre : un droit citoyen

UNE PRIORITÉ, LA SANTÉ

La Belgique détient une sécurité sociale parmi les meilleures du monde, grâce aux combats sociaux passés, à l’imagination des entrepreneurs et d’une technologie pharmaceutique et médicale qui s’exporte dans le monde entier. SALEM veut encourager cette tendances en incluant les nouvelles technologies, bien évidemment, mais aussi les moyens sanitaires alternatifs et innovants qui voient le jour dans ce monde qui se transforme. Les soins sont essentiels, la prévention par un meilleur mode de vie est une alternative qui s’impose de plus en plus. Les divers scandales sanitaires dans l’industrie ont mis à jour les défis devant lesquels nous sommes encore, par exemple avec la désormais fameuse AFSCA (Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire), qui a failli dans certaines grandes affaires. Les citoyens remontent ce mécontentement, la méthodologie SALEM prévoit l’implication active de ces citoyens pour déterminer des modalités à prévoir dans un texte législatif.

SALEM veut que l’agence soient retirée au Ministère de l’Agriculture, pour être mise sous responsabilité du Ministère de la Santé. La mission de cette agence doit en outre être étendue, pour se concentrer beaucoup plus sur la santé humaine, plutôt que les priorités industrielles, agricoles ou vétérinaires. La chaîne alimentaire doit être bonne pour la santé des citoyens avant tout et doit donc travailler sous le contrôle principalement de médecins. De nombreux types de maladies ont leur origines dans de mauvaises habitudes alimentaires ou des composants inadéquats dans les aliments commercialisés. De nombreuses études internationales le démontrent régulièrement. Des omnipraticiens préventifs doivent pouvoir jouir d’un statut plus autonome, pour participer à empêcher les maladies d’apparaître, plutôt que de simplement les guérir. Les méthodes de soins alternatives, souvent un privilège pour les plus aisés, peuvent ainsi bénéficier d’un nouveau cadre plus sûrs au service des citoyens pour économiser sur les prestations de soins parfois longues et coûteuses pour la sécurité sociale.

MOYEN PAR EXCELLENCE, LA PRÉVENTION

SALEM veut introduire une nouvelle dynamique dans le contrôle alimentaire et industriel, pour une meilleure prévention des maladies qui surviennent sur la longue durée. Une nouvelle médecine est essentielle, par exemple en créant un nouveau statut de médecin, payé par patient et non par prestation, pour promouvoir la bonne gestion préventive de la santé, au lieu de gérer seulement les maladies une fois développées. L’industrie belge est très créative et a tous les atouts pour se faire une place de tête dans les formules de soins préventifs ou autres centres de jeûne et revitalisation.

Des dossiers comme ceux de la charcuterie mauvaise pour la santé, la viande avariée commercialisée, l’abattage et autres problèmes réguliers, doivent être pris sous une priorité de santé humaine, et non plus des priorités industrielles, animalières ou agricoles, comme généralement le cas. Les nourritures saines et biologiques ne sont pas un luxe, elle sont un retour à la nature nécessaire pour le bienêtre citoyen et l’économie dans les soins de santé.

La santé un droit pour chaque citoyen, SALEM veut s’en porter garant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *