SALEM, CITOYENS EN MARCHE !

Le 21 janvier 2018, le coup de départ est donné. Le parti SALEM est maintenant une réalité en Belgique.
Ce mouvement politique ambitionne de permettre aux croyants de toutes les religions et philosophie de s’exprimer en tant que tel dans les assemblées d’élus en Belgique, tant au niveau communal, provincial, régional ou communautaire, fédéral et européen. Le mouvement veut explicitement permettre à chaque élu de s’exprimer en tant que croyant, fusse en s’inspirant du message de Dieu. Il est vrai que le parti est issu d’un milieu de musulmans, communauté de foi qui représente un tiers des citoyens à Bruxelles en 2017, mais il veut être au service de tous les citoyens. Ainsi, les chrétiens, les juifs ou les gens sans position bien précise sur leur foi doivent bénéficier des actions du parti.

DJIHAD : JUSQU’À LA CHARIA ?

Le parti SALEM est neutre, mais les croyants peuvent y inclure leur conviction. La guerre sainte ou le djihad tels que dans le langage médiatique européen sont des abominations, même les musulmans le pensent, les croyants de toutes les religions sont opposés à ces violences telles que présentées sur la place publique. SALEM est aux côtés des citoyens de toute philosophie pacifique pour se défendre contre ces abominations.
Il est aussi vrai, le mot “djihad”, en arabe, c’est l’effort pour vivre mieux en harmonie avec soi et avec les autres, comme le conseille le message de notre Créateur à tous. Le djihad islamique c’est le combat dans la voie du Seigneur. Être positif en toutes circonstances, accepter les épreuves comme une leçon de vie, vivre libre selon des règles du vivre ensemble durable, faire son travail de façon responsable, être juste avec ses concitoyens, assumer ses responsabilités, se défendre sans faiblir… voilà comment ce “djihad” musulmans ou effort personnel peut aider à se rapprocher de Dieu.
Le djihad violent, qui tue ou contraint des innocents, est une déviance, tant au plan linguistique que religieux.
La charia, telle que présentée par les criminels de tous bords, au Moyen-Orient ou ailleurs dans le monde, avec des attentats violents contre des innocents, des châtiments corporels sans grande nuance, des discriminations ou contraintes démoniaques, les musulmans n’en veulent pas.
La chari’a, incluant la lettre arabe ‘ain, fait la différence. La chari’a est la voie, la chari’a islamique est la voie islamique. Suivre les règles de Dieu, c’est comme suivre le code de la route…
Soit, le code de la route est plein d’interdictions et d’obligations, mais il offre la liberté de se déplacer librement dans le monde, sans accident ni amende, en toute sécurité. Ainsi la chari’a islamique que SALEM soutient, c’est être doux avec sa maman, de répondre aux insultes par une gentillesse, de respecter le rôle de chacun dans la famille ou dans la société, de permettre à chacun de vivre sa foi, chacun sa religion, de ne pas se défiler devant les efforts et combats de la vie, et bien d’autres choses encore pour une société pacifique. Elle peut inclure la légitime défense en cas de violence de la part d’autrui, cela va de soi.

LIBERTÉ OU DISCRIMINATION ?

Alors, oui, SALEM reconnaît la voie de Dieu, et chaque citoyen doit pouvoir s’en inspirer, tant au niveau personnel qu’au niveau des affaires publiques. Ainsi, ne pas voler, ne pas mentir, ne pas tricher, c’est des principes religieux de base, et cela concerne les affaires publiques. Ces principes et bien d’autres doivent pouvoir influer le processus législatif, sans empiéter sur la vie privée. Si la liberté est essentielle, elle ne peut pas détruire le principe d’égalité, chacun a droit à la liberté. La solidarité est donc incontournable, car sans que les forts et riches du moment soient solidaires avec les faibles et démunis du moment, il n’y a ni liberté, ni égalité.
Chaque citoyen doit donc être responsable et se soumettre à des interdictions et obligations, notamment celle de soutenir ses concitoyens vivant sur le même territoire.

THÈMES DE PROGRAMME

Trois grands thèmes guident le parti. 1. Le vivre ensemble durable, 2. La justice et l’éthique, 3. La création de richesses et de valeurs.
Du plan communal au niveau européen, SALEM a des propositions sur les trois thèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *