Comment voter électroniquement ?

  1. Donnez votre carte d’identité et prenez la carte à puce pour voter
  2. Entrez dans un isoloir
  3. Insérer votre carte à puce dans la machine comme indiqué
  4. Sur l’écran, choisissez une langue (français ou néerlandais)
    cela n’empêche pas de voter pour un parti francophone ou néerlandophone
    puis validez
  5. Sur l’écran, choisissez une liste pour les européennes
    puis validez
  6. Cochez la liste (tout en haut) ou un (ou plusieurs) candidat(s)
    puis validez
  7. Sur l’écran, choisissez une liste pour la chambre
    puis validez
  8. Cochez la liste (tout en haut) ou un (ou plusieurs) candidat(s)
    puis validez
  9. Sur l’écran, choisissez une liste pour le parlement bruxellois
    puis validez
  10. Cochez la liste (tout en haut) ou un (ou plusieurs) candidat(s)
    puis validez
  11. Un ticket s’imprime, prenez-le
  12. Retirez votre carte à puce
  13. Retournez chez l’assesseur et remettez-lui la carte à puce
  14. Scannez votre ticket et introduisez-le dans l’urne
  15. Reprenez votre carte d’identité

Droits des minorités

Droits des minorités

 

La Communauté Musulmane, d’abord immigrée et ensuite née en Belgique, a beaucoup participé à la stabilité et à l’économie de la Belgique.

Elle est désormais une frange importante de notre société et a le plein de droit de jouir d’un environnement compatible avec ses convictions et ses vœux. A ce titre notre parti fait de la défense de leurs droits et attentes une tâche prioritaire.

Notre parti défendra à tous les niveaux : régionaux, fédéraux et européens les droits et revendications de la frange musulmane.

Nous résumons notre action immédiate comme ci-après, mais cette action n’est pas limitée aux seules points suivants:

 

*             *                   *                   *                         *

 

1/ Les mosquées et lieux du culte

1-1/ Financement des mosquées actuelles au même niveau que les autres religions au prorata des adeptes. Se basant sur le sermon de foi (Achchahada) pour comptabiliser le nombre des musulmans et non sur le nombre des comptes des fidèles communiquées par les mosquées, c’est-à-dire au même titre que les autres cultes se basant sur le nombre global non sur le nombre autorisé par salle.

 

1-2/ Reconnaissance des mosquées qui en font la demande sur simple présence et demande de la communauté. A la réception de la demande de reconnaissance des aides à la mise aux normes requises par l’Etat pour que les lieux du culte soient conformes aux lois en vigueur.

 

1-3/ Accorder les autorisations de construire de nouvelles mosquées et aides à les bâtir par le budget alloué à la communauté musulmane sur base des pourcentages de financement.

 

1-4/ Respecter de la liberté du culte dans les mosquées.

 

2/ Voile – Hijab

2-1/ Le travail et l’enseignement des femmes avec voile dans le secteur privé et public est un droit fondamental. La loi interdisant le port du voile sera annulée avec incitation au respect de la différence de tout un chacun.

 

3/ Le travail

3-1/ Aides aux personnes en difficulté : jeunes / prison / chômeurs longue durée / malades / etc.

 

4/ Eid Al Adha  (fête du sacrifice)

4-1/ Autoriser l’abattage rituel chez soi pendant cette fête, et aussi dans les abattoirs pour les personnes qui le désirent.

 

5/ Autoriser l’abatage rituel halal

5-1/ Autoriser les musulmans à pratiquer l’abatage rituel sans étourdissement avant ou après.

 

6/ Contrôle et certification du label Halal

6-1/ Afficher clairement sur emballage si plats préparés et   viandes non halal sont dans composition: introduire label: produit non halal ou bien: produit halal.

 

7/ Retraites

7-1/ Les retraités désireux de s’installer dans autre pays ok sans pertes de droits.

 

8/ Enseignement de l’Arabe Langue Etrangère  (ALE) pour personnes qui le désirent

 

9/ Compagnes anti-islamophobie / anti-islam

Projet de texte de loi rendant tout acte de dénigrement des musulmans ou de l’Islam illicite, interdit  et interdit au même titre que l’antisémitisme. Donc punissable pénalement.

 

10/ Incitation de la presse à ne pas faire d’amalgame

 

11/ Logement social pour familles nombreuses et défavorisées 

 

12/ Droits d’asile : défendre et inscrire le Droit à l’asile dans la Constitution

 

13/ Régularisation des sans-papiers

 

14/ Soins aux sans-papiers non régularisés

 

15/ Programme spécial pour SDF (sans domicile fixe)

Aide à la réinsertion et accompagnement social des SDF et des familles et personnes fragiles.

 

16/ Parlement citoyen

Le citoyen ait plus à dire pour que toutes les décisions soient en conformité avec ses souhaits. Trouver un mécanisme juste et représentatif de tous.

 

17/ Comité d’éthique

Constituer un comité d’éthique pour moraliser les interventions de l’état dans les interactions avec le secteur privé et financiers, et aussi pour étudier la conformité des lois votées avec les convictions des diverses communautés.

 

18/ La défense de l’environnement

Constituer un comité de travail aux solutions durables et justes pour l’environnement sans impacter les budgets des plus défavorisées. Les lois pour l’environnement se doivent d’être sociale et en faveur des zones (régions, villes et pays les plus touchées).

La Haye : Profanation vexatoire au cœur de la Hollande contre la mosquée as-Soennah et tous les musulmans. Que font les autorités ?

Indignation et tristesse au parti Salem (région francophone) et Vrede en Solidariteit (région flamande) de Belgique. Le bureau national du parti se dit choqué de ces agissements dignes de l’extrême-droite. L’acte calomnieux, un mannequin représentant le Prophète avec une poupée dans une position intime, accompagnés d’inscription de haine et d’insulte, fut commis pendant que la prière du matin avait lieu dans la mosquée as-Sounnah, le lundi 4 mars 2019, à La Haye, capitale de la Hollande. Le parti tient à soutenir les autorités de notre voisin du nord pour que les auteurs de cet acte xénophobe antislamite, commis juste avant que les enfants entrent à l’école des vacances, soient dûment poursuivis et traduits en justice. Les calomnies contre la personne très respectée du Prophète de l’Islam et du Saint Coran sont non seulement indignes mais aussi infondées et dénotent d’une complète ignorance de l’Islam, religion de paix, de tolérance et d’amour.

Dans le cadre de la montée des actes antisémites et antislamites en Europe, le parti belge réitère son soutien complet et indéfectible à toutes les communautés de croyants pour que leur droit au respect et à la pratique de la foi se fasse dans la sérénité et la dignité.

Fait le 05/03/2019

Pour le parti Salem                                                   Pour Vrede en Solidariteit

Michel Dardenne                                                       Mustapha Abioui

Den Haag: kwetsende heiligschennis in het hart van Nederland tegen moskee as-Soennah en alle moslims. Wat doet de overheid ?

Verontwaardiging en verdriet bij de partij Salem (Franstalige regio) en Vrede en Solidariteit (Vlaams gewest) van België. Het nationale partijbureau is geschokt door deze extreem rechtse acties. De lasterlijke daad, een dummy die de profeet vertegenwoordigt met een pop in een intieme positie, samen met haat en beledigende boodschappen, werd begaan terwijl het ochtendgebed op maandag 4 maart 2019 in de moskee as-Soennah in Den Haag, hoofdstad van Nederland, plaatsvond. De partij ondersteunt de overheid van onze noorderburen, opdat de daders van deze xenofobe antislamitische daad, net voor het binnenkomen van de kinderen in de vakantieschool, snel en efficiënt vervolgd en berecht worden. Laster tegen de zeer gerespecteerde persoon van de profeet van de islam en de Koran zijn niet alleen onwaardig, maar ook ongegrond en getuigen van volledige onwetendheid over de islam, godsdienst van vrede, tolerantie en liefde.

In het kader van de opkomst van antisemitische en antislamitische daden in Europa, herhaalt de Belgische partij haar volledige en niet aflatende steun aan alle geloofsgemeenschappen om hun recht op respect en een praktijk van het geloof in de rust en de waardigheid.

Opgemaakt op 05/03/2019

voor Salem                                                                             voor Vrede en Solidariteit

Michel Dardenne                                                                  Mustapha Abiou

La Paix et la Solidarité en mouvement


Votre mouvement Act-Salem (pour la région francophone), avec l’union entre deux mouvements citoyens, met les bouchées doubles pour préparer l’accès du citoyen à prendre la décision qui changera positivement sa vie.
En effet, s’inscrivant dans une stratégie à moyen et à long terme, les militants du mouvement organisent régulièrement diverses rencontres pour s’exprimer et faire entendre leur voix.
Comme de nombreux citoyens le savent, le parti va se présenter aux élections prochaines du dimanche 26 mai 2019 en Région Bruxelles-Capitale.
En effet, pour les régions d’expression française le nom du parti est Act-Salem. Cela veut dire Agir pour la Paix (Handelen voor Vrede, Act for Peace), deux mots clés qui définissent les actions de nos militants.

Votre présence est primordiale
Nous serions heureux de soutenir toute activité des militants, qu’ils soient adhérents ou non du mouvement citoyen, à organiser des rencontres et nous pouvons, bien entendu, dépêcher un de nos militants actif dans la votre quartier pour accompagner et expliquer la vision du parti.
Nous comptons sur votre soutien,
votre présence,
et vos suggestions

pour que le pouvoir politique puisse enfin prendre en considération vos spécificités et vos vues dans la gestion du pays.
Bien à vous tous !

Eléctions du dimanche 26 mai 2019, votre parti en mouvement!

La Paix et la Solidarité en mouvement
Votre parti Act-Salem, Agir pour la Paix (Handelen voor Vrede, Act for Peace) met les bouchées double pour préparer l’accès du citoyen à prendre la décision qui changera positivement sa vie.
En effet, s’inscrivant dans une stratégie à moyen et à long terme, les militants du parti organisent régulièrement diverses rencontres pour s’exprimer et faire entendre leur voix.
Comme de nombreuses gens le savent, le parti va se présenter aux élections prochaines du dimanche 26 mai 2019 en Région Bruxelles-Capitale.
En effet, pour les régions d’expression française le nom du parti est Act-Salem. Cela veut dire Agir pour la Paix, deux mots clés qui définissent les actions de nos militants.

act-salem BRUXELLES

Salut, salam, shalom,

A tous mes concitoyens de Bruxelles, j’annonce que la nouvelle liste SALEM a été acceptée pour figurer aux listes électorales ce 14 octobre prochain, liste n°17. La liste SALEM centre citoyen a pour ambition de créer une nouvelle forme de dialogue à travers un parlement citoyen pour le bien et dans le respect de chacun.

Grâce à un travail d’équipe exemplaire depuis un an, je suis candidat sur cette liste, avec deux autres compagnons, Mme Halima BELMOKHTAR et Mr Mounir YOUKAJ.

Merci à toute l’équipe de citoyens pour ce gigantesque travail !

SALEM, parlement citoyen et vivre ensemble

Parlement Citoyen

LE CITOYEN VEUT DÉCIDER DE SON SORT !

Le pouvoir, c’est d’abord de l’information. act-SALEM oeuvre pour que tous les documents et tous débats publics soient publiés sur internet et à disposition à volonté pour tous les citoyens.

    • Les dossiers législatifs, exécutifs et judiciaires consistent souvent de documents qui, par défaut, sont publics et doivent pouvoir être consultés par n’importe quel citoyen qui peut en recevoir copie. (constitution art. 32)
      act-SALEM veut que tous ces documents soient pour chaque citoyen directement et gratuitement disponibles sur internet.
    • Les commissions parlementaires devraient être équipées de caméras, pour que tous les débats publics soient retransmis sur internet et consultables à loisir.

Cela permettrait déjà aux citoyens de savoir de quoi discutent les élus lors de débats sur des projets de loi, comment l’Exécutif applique les lois ou comment la justice est rendue.

En plus, act-SALEM agit pour que les citoyens puissent s’exprimer, par exemple dans le déroulement des commissions parlementaires, soit par écrit, soit sous format vidéo, pour que les parlementaires puissent mieux tenir compte de l’avis des citoyens.

LE PARLEMENT CITOYEN : TOUT UN PROGRAMME !

Le parlement citoyen n’est pas un concept entièrement neuf. Le G1000 a déjà sorti la Belgique de la plus longue crise politique de son histoire, lorsque la formation du gouvernement fédéral était bloquée par le problème Bruxelles-Hal-Vilvorde ou Brussel-Halle-Vilvoorde. Via un tirage au sort, 704 citoyens avaient participé à un sommet citoyen le 11 novembre 2011 à Bruxelles. David Van Reybrouck, écrivain flamand et l’un des créateurs du G1000, affirmait déjà que le système représentatif actuel est “obsolète“. “Il faut que les citoyens participent“. (source: RTBF) Moins de dix ans plus tard, le ras le bol des citoyens est de plus en plus palpable, dans les sondages, dans les taux d’écoute et dans la rue.

A l’heure des smartphones et d’internet à portée de main, les électeurs ne comprennent plus qu’ils doivent donner un mandat pour 4 ou 5 ans à des représentants, sans plus avoir le droit de changer ou d’échanger d’avis selon les événements.

Avec act-SALEM, la quatrième révolution industrielle veut entrer en politique.

L’ÉCHIQUIER DES ÉLU-E-S 

La Belgique est un pays communautaire complexe depuis longtemps. Le système politique est compliqué, soit, mais il permet à différentes communautés régionales et linguistiques de vivre en paix. Avec deux tiers des Bruxellois qui ne sont pas nés en Belgique aujourd’hui, la situation ne s’est pas simplifiée. Les femmes et hommes élu-e-s ont donc à tenir compte de très nombreux avis différents, parfois très divergents. La gauche d’un côté, la droite de l’autre, c’est de l’histoire ancienne dans laquelle ne se retrouvent plus de nombreux acteurs politiques. Les nationalistes sont souvent catégorisés d’extrême droite, même si certains y ont des positions plutôt modérées. Les mouvements écologiques sont généralement placés à gauche, même si des libéraux sont présents parmi ceux-ci. Les démocrates chrétiens déjà se placent plutôt au centre de cet échiquier, même s’ils sont plutôt pour le modèle de la libre entreprise de droite, tout en étant pour l’aide aux plus faibles chère à la gauche.

act-SALEM se place au centre citoyen, et de gauche et de droite, sans aucun point de vue extrême, mais veut mettre en priorité les préoccupations des citoyens face à l’agenda globaliste actuel.

L’AGENDA CITOYEN

La Belgique, et plus particulièrement Bruxelles, est devant un défi qui s’imposera bientôt à toute l’Europe, voire au monde entier. La société se mélange et les gens n’entrent plus dans des cases simplistes sans grande nuance. La politique doit donc s’adapter aux citoyens et non le contraire.

Sans entrer dans trop de détails techniques, l’expérience du G1000 fut une consultation publique, d’abord aussi large que possible, ensuite moins large pour des débats succins et finalement à échelle réduite pour du travail plus approfondi. Les citoyens sont ainsi arrivés à des propositions et recommandations politiques qui ont sorti la Belgique de la crise. De très nombreux citoyens y ont donné leur avis, en ‘définissant’ les thèmes importants, afin d’aboutir à un vrai travail de législateur.

Certains croient encore qu’une telle tâche n’est pas facile, mais à y regarder de plus près, cette technique marche très bien et peut être répétée par commune, par région, par communauté ou au fédéral. Elle se fait déjà dans de nombreuses entreprises, même multinationales, où les salariés ont une parole devant leurs patrons. Ils déterminent la stratégie, les objectifs, les réorganisations, ils inventent des produits… cela est monnaie courante dans l’industrie. Pourquoi pas en politique ?

ÉCHANTILLON 

Le G1000 a donc pratiqué, avec l’aide d’experts, une méthode d’échantillonnage et de débat tout à fait adaptée à une situation politique complexe. Le sommet citoyen qu’il ont organisé prévoit la diversité linguistique (francophones, néerlandophones et germanophones), mais aussi la représentativité des trois régions ou des neuf, voire onze provinces. Les femmes y sont représentées, les hommes aussi, différents niveaux de diplômes y sont repris, même les différentes tranches d’âge et on pourrait certainement y ajouter des sensibilités nouvelles. Dans le monde d’aujourd’hui, d’autres facteurs prennent de l’importance, comme l’origine nationale ou culturelle, la philosophie ou la religion, les secteurs ou métiers professionnels voire des situations sociales. La technique existe et a déjà fait ses preuves sur le terrain, il n’y a rien a réinventer. Elle peut même prévoir d’atteindre les gens avec ou sans téléphone, avec ou sans internet, avec ou sans domicile…

Le tout est de tirer au sort parmi des volontaires intéressés à un sujet précis et d’après leur profil personnel, selon une méthode adaptée à la situation.

Car oui, act-SALEM veut donner le pouvoir au citoyen, quelles que soient ses convictions ou son niveau de formation, chaque citoyen a de très bonnes idées. Le parlement citoyen est raisonnablement faisable et même recommandé par de nombreux acteurs associatifs très actifs depuis 10 ans, pour des lois et des décrets plus justes pour tout le monde. Il peut se faire directement au parlement, en remplaçant un nombre d’élus par des citoyens tirés au sort, soit au sénat, où une partie des sénateurs peuvent céder leur place.

act-SALEM n’invente rien, mais veut simplement combiner une série de techniques existantes pour les appliquer dans la gestion publique. C’est ainsi que nous pensons également à un Observatoire Royal Scientifique, Théologique et Philosophique, composé de citoyens diplômés, médecins, ingénieurs, juristes, architectes, théologiens et philosophes de haut niveau, pour débattre des problèmes de société compliqués et proposer des améliorations législatives.

POWER TO THE PEOPLE

act-SALEM, dans sa méthodologie, tient compte de toutes les expériences des entreprises privées ou de la société civile, mais aussi des enseignements universitaires en la matière tel que cité sur notre site. Une meilleure démocratie n’est pas une utopie ou un rêve lointain, c’est une réalité toute proche. Ce sont les électeurs qui choisiront aux élections. act-SALEM soutiendra ce que les citoyens demandent et est le seul parti à proposer cette méthodologie, pour l’instant.

Le parlement citoyen peut en outre voir le jour très rapidement et à petite échelle, pour en tester l’efficacité. Si une commune suit la proposition de act-SALEM, elle demandera à ses citoyens qui veulent de participer à faire un règlement communal. Un tirage au sort parmi les volontaires aura lieu, rassemblant des citoyens avec des profils diversifiés et représentatifs de la commune et pour discuter un projet législatif, l’amender si nécessaire et de soumettre des propositions au Collège. Cela permettra, moyennant certaines garanties techniques, de payer des citoyens plutôt que de charger le budget de fonctionnaires autour des élus, parfois corrompus malheureusement.

La méthode a de nombreux avantages, que nous ne voulons pas étaler ici. Il permet en tous cas de faire évoluer les idées et de vivre ensemble avec plus de respect pour toutes les nuances présentes dans la commune. Bruxelles sera peut-être la première région en Europe qui mettra cette pratique en route, ce sont ses citoyens qui décideront.

Bruxelles, le 9 août 2018.
Révision : 15 avril 2019